Formule 1 - Super F1

Accueil > F1 > La météo jette un froid chez Brawn GP

La météo jette un froid chez Brawn GP

lundi 13 juillet 2009, par Toby Ratantely

images/50327.jpg

Encore... Le Nurburgring devait, selon Jenson Button, marquer le retour au premier plan des Brawn GP après le raté de Silverstone. Le leader du championnat misait notamment sur des températures sensiblement plus élevées qu’en Angleterre. Perdu. Avec un thermomètre qui s’est péniblement hissé au-dessus des 15°C durant le week-end (quand il n’y avait pas de pluie), Brawn et les siens ont vite compris que les Red Bull seraient encore une fois l’équipe à battre. Dans l’espoir de faire douter les pilotes des RB5, l’équipe britannique avait décidé d’envoyer ses voitures avec un minimum de carburant en Q3. Pari à moitié gagné puisque les Red Bull, bien plus chargées, encadraient les BGP001 sur la grille. Mieux, à l’extinction des feux, Barrichello s’emparait immédiatement de la tête de course.

Mais le Brésilien avait déjà mangé son pain blanc. Incapable de larguer l’Australien malgré un arrêt de plus à effectuer, il a bu le calice jusqu’à la lie lors du deuxième pitstop où un problème de pompe à essence à mis fin à ses espoirs de podium. Au terme de la course, c’était peu de dire que Rubens était très remonté. L’équipe a montré qu’elle savait comment perdre une course aujourd’hui, non pas parce que j’allais gagner, mais parce que j’ai perdu beaucoup de points. C’est extrêmement frustrant, surtout quand on se bat pour le championnat. Quelqu’un qui est en tête dans les premiers tours ne doit pas terminer 6ème, déclarait Rubens (pas dans le communiqué officiel de l’écurie, évidemment...).

Barrichello était d’autant plus irrité que l’équipe avait décidé de le faire stopper avant Button en fin de course, ce qui a permis (comme par hasard) d’intervertir les positions des Brawn au profit de l’Anglais !

Button, justement, s’est retrouvé en difficulté du début à la fin de ce long dimanche de course. Tous les points sont précieux, mais ma course a vraiment mal commencé et je ne pouvais réellement pas faire mieux aujourd’hui. J’ai pris un mauvais départ et je me suis retrouvé à la cinquième place dans le premier virage. J’ai réussi à dépasser Massa au début du second tour, mais je ne suis pas parvenu à prendre l’avantage sur Kovalainen. Il était bien plus lent que moi à ce moment-là de la course, mais il était impossible à dépasser. Une véritable catastrophe pour l’Anglais, qui voyait Barrichello et Webber s’échapper devant la McLaren non pourvue des dernières évolutions techniques (réservées à Hamilton), mais du KERS !

L’Anglais continue d’énumérer ses soucis : Nous avons souffert de graining et d’une forte dégradation des pneumatiques ; aucun des deux mélanges ne nous convenait aujourd’hui. Le problème de Rubens lors de son second ravitaillement a aussi affecté ma course, car je me suis retrouvé derrière lui et il était en difficulté avec ses pneus durs. C’est donc une journée décevante pour l’équipe.

Du coup, au championnat pilotes, Button n’a plus que 21 points d’avance sur Vettel (contre 32 il y a seulement deux courses), qui est désormais son poursuivant direct. Barrichello a en effet rétrogradé au 4ème rang, derrière les deux pilotes Red Bull. L’hémorragie est plus profonde encore chez les constructeurs : en trois courses, l’écart avec Red Bull est passé de 43.5 à... 19.5 points, soit une moyenne de huit points perdus par course. Les prochains rendez-vous seront capitaux pour une équipe en perte de vitesse.


0