Formule 1 - Super F1

Accueil > F1 > Briatore aux prises avec la FIA

Briatore aux prises avec la FIA

jeudi 12 novembre 2009, par Nathan Lohéac

images/55545.jpg

Flavio Briatore n’en a pas terminé avec la Fédération Internationale de l’Automobile !

Le 28 septembre 2008 a lieu le premier GP de nuit de l’histoire de la Formule 1, à Singapour. Au 14e tour, Nelson Piquet Jr perd le contrôle de sa monoplace et se crashe dans le mur au niveau du 17e virage. Ce crash imposera l’intervention de la voiture de sécurité et donc l’application des règles qui vont avec. Cet incident profite à Fernando Alonso, coéquipier de Piquet chez Renault, qui empochera sa 20e victoire à l’issue des 61 tours de la course.

Renault est alors accusé de tricherie, d’avoir demandé à Piquet de mettre sa Renault dans le mur du virage 17 pour permettre à Alonso de remporter le grand prix. Les accusations semblent absurdes mais la FIA lance une légère investigation n’aboutissant à rien.

1 an plus tard, Renault met Piquet à la porte de l’écurie en plein milieu de saison 2009 pour cause de mauvais résultats. Le pilote Brésilien dénonce alors son ancien employeur en remettant sur le tapis les accusations du Grand Prix de Singapour. L’enquête est ré-ouverte et Renault est reconnu coupable. Flavio Briatore perd alors le droit d’exercer, à vie, sa profession tandis que Symonds, son bras droit, est suspendu 5 ans.

Cela fait maintenant 1 mois et demi que Briatore a cédé, sans avoir eu le choix, les commandes de Renault à Bob Bell. Il a annoncé dans les dernières 24 heures qu’il réclamait 1 millions de dollars de dommages et intérêts à la FIA pour non-impartialité dans la décision finale de l’affaire. Sa réclamation porte également bien entendu sur la sanction d’interdiction à vie d’exercer un métier en rapport avec le sport automobile. Selon The Guardian, quotidien britannique, Briatore déclare que Mosley a été aveuglé par un désir excessif de vengeance.

La Fédération Internationale de l’Automobile a répondu dans un communiqué quelle rejettait les allégations formulées dans ces fuites et souligne que la décision d’infliger une sanction à l’encontre de monsieur Briatore a été prise par une majorité écrasante des membres du Conseil Mondial du sport automobile

L’appel sera traité lieu le 24 novembre 2009 au Tribunal de Grande Instance de Paris. En attendant, la fédération ne souhaite pas se prononcer plus sur l’affaire.


1