Formule 1 - Super F1

Accueil > F1 > McLaren sevré du titre des constructeurs depuis 12 ans maintenant

McLaren sevré du titre des constructeurs depuis 12 ans maintenant

jeudi 11 novembre 2010, par Guillaume W

images/spf1mclaren.jpg

Ce n’est pas cette année que McLaren remportera son premier championnat des constructeurs depuis 1998. Les derniers espoirs de titre se sont envolés à Interlagos, dimanche dernier. A titre de comparaison, sur la période 1999-2010, Ferrari a remporté 8 titres constructeurs, Renault 2, et Red Bull n’a eu besoin que de six années d’existence depuis sa création en 2005 pour remporter son premier titre cette saison.

Cela fait 12 ans maintenant que l’équipe McLaren n’a plus remporté le titre des constructeurs, constate David Coulthard dans sa chronique pour le Telegraph. Depuis le nouveau millénaire, ils n’ont remporté qu’un seul titre des pilotes. Bien sûr, Lewis Hamilton peut encore remporter le titre ce dimanche, mais il l’a dit lui-même, il faudrait un miracle pour qu’il y arrive.

Je suis fortement attaché à cette équipe, car j’ai passé neuf saisons avec eux à partir de 1996. Je ne pense pas qu’ils sont en difficulté, mais je pense qu’ils ne remplissent plus leur mission qui est de remporter des courses et des championnats, ajoute Coulthard.

J’ai entendu plusieurs personnes affirmer, à tort selon moi, que Martin Whitmarsh est un homme sous pression, mais ce n’est pas lui qui dessine ou qui pilote les voitures. Bien sûr, en tant que capitaine de l’équipe, Martin a toutes les responsabilités sur ses épaules et je sais que depuis qu’il a pris la relève de Ron Dennis, il cherche désespérément à signer des succès en son propre nom. Je pense toutefois qu’il a fait du très bon travail ces deux dernières années.

Alors, période de vaches maigres chez les gris ? Depuis que l’écurie de Woking est inscrite au championnat du monde de Formule 1, en 1966, elle vit actuellement sa plus longue période de disette. Elle avait acquis son premier titre des constructeurs en 1974, sous l’impulsion d’Emerson Fittipaldi, puis avait dominé les années 80 et le début des années 90, où elle avait bâti sa réputation avec à son volant les pilotes de légende que sont Alain Prost et Ayrton Senna. Le duo Häkkinen-Coulthard avait permis à McLaren de décrocher en 1998 son 8ème et dernier titre à l’heure actuelle.

Cette année, durant la première moitié de la saison, McLaren était dominé d’emblée en performance par Red Bull mais semblait être au moins au niveau de Ferrari. Depuis quelques Grand Prix, ce n’est plus le cas. Les rouges sont passés devant, permettant à Fernando Alonso de se replacer dans la course au titre pilotes et même de mener le championnat à une course du terme, pendant que McLaren abandonnait ses dernières chances dans les deux championnats avant même la dernière course (sauf miracle du côté du championnat pilotes). La McLaren souffre d’un manque de grip chronique qui l’a fait évoluer en retrait par rapport à ses rivales dernièrement, que ce soit à Interlagos, à Yeongam, à Suzuka ou à Singapour. Pourtant, elle menait le championnat constructeur à l’issue du Grand Prix d’Allemagne.

Certains pointent logiquement du doigt les évolutions apportées sur les monoplaces de Hamilton et de Button au cours de la saison. McLaren aurait perdu la course au développement. Ce n’est pas juste, se défend Jonathan Neale, le directeur sportif de McLaren. La réalité est que c’est une longue saison faite de beaucoup de décisions, de beaucoup de choses que vous faites autour des mises à niveau, de la performance, de beaucoup de questions autour de la fiabilité. Il est clair que nous devons revenir en arrière et regarder ce que nous avons fait rétrospectivement mais nous le faisons chaque année.

Je pense qu’aussi bien Red Bull que Ferrari, et certainement aussi Mercedes dans la première moitié de saison, ont tous apporté d’importantes évolutions à leur voiture, et que de notre côté nous n’avons pas tout à fait fourni le travail suffisant. Mais je ne dis pas qu’il ya eu une défaillance de notre système de développement, ça a été une course intense tout au long de l’année.


1