Formule 1 - Super F1

Accueil > F1 > Shanghai Qualifications : Rosberg émerge du chaos

Shanghai Qualifications : Rosberg émerge du chaos

samedi 16 avril 2016, par Toby Ratantely

Ce Grand Prix de Chine marque le retour de l’ancien format de qualifications, après le flop du système à éliminations. L’incertitude règne quant aux conditions de piste : il ne pleut plus, mais la piste est encore mouillée par endroit et les nuages sont encore bien bas...

Q1 (P17 à P22)

Du coup, c’est un véritable casse-tête qui se présente aux équipes. Chez Mercedes, on ne prend pas de risque, et c’est en pneus intermédiaires que les Flèches d’Argent s’élancent. A l’autre bout de la grille, Manor sent qu’il y a peut-être un coup à jouer. Haryanto et Wehrlein s’élancent tout de go pour un tour chrono, en pneus slicks...

Pas pour longtemps : alors que l’Allemand ouvre son DRS au démarrage de son tour rapide, une "mare" en début de ligne droite l’envoie directement dans le mur ! C’en est terminé pour la sensation du GP de Bahrein, qui s’élancera donc dernier. Le drapeau rouge est brandi afin d’évacuer la Manor.

L’opération s’effectue rapidement, par contre, les commissaires profitent de l’interruption pour nettoyer tant bien que mal la partie de la piste encore mouillée qui fut le théâtre de la sortie de Wehrlein. On n’aime vraiment plus l’incertitude en F1...

La session repart à 15h25 locales. Gutiérrez est le premier à tenter sa chance face au chrono, en pneus supersofts. Très vite, son chrono, au-delà des 1’40", est battu par ses concurrents, à commencer par Button et Alonso, qui offrent à McLaren les deux premières places provisoires.

Très vite, les favoris répondent, à commencer par les Ferrari, qui prennent les deux premières places. Rosberg effectue un tour sans risque qui l’assure du top 6. En revanche, un coup de théâtre se produit lorsqu’Hamilton regagne son stand sans avoir bouclé de tour chrono, victime un problème de puissance moteur.

Dans le garage Mercedes, ce n’est même pas l’effervescence autour de la voiture : avec un système de récupération d’énergie défaillant, la séance du champion en titre est déjà terminée ! Hamilton s’élancera demain de la dernière ligne, aux côtés de Wehrlein, sans avoir pu boucler le moindre tour chrono.

Ces deux éliminations sont une aubaine pour les Sauber, qui grillent la politesse aux Renault pour se qualifier ensemble en Q2. 17ème, Magnussen est le premier éliminé, devant Gutiérrez, Palmer et Haryanto.

Q2 (P11 à P16)

La Sauber de Nasr est la première en action, imitée par Ericsson et la Mercedes rescapée, celle de Rosberg. Ce dernier fixe d’entrée de jeu une excellente référence en 1’36"240, les deux Sauber étant plusieurs secondes derrière. Pérez s’installe au 2ème rang, avant que Ricciardo ne récupère le premier accessit.

Les Ferrari attendent quelques minutes de plus pour réaliser un unique tour lancé, mais cela suffit : très en forme depuis hier après-midi, Raikkonen s’installe en tête, 0"065 devant Vettel. Avec Rosberg, ils sont les seuls à pouvoir se permettre de ne pas ressortir en fin de séance.

Tous les autres concurrents quittent donc les stands à quelques minutes du drapeau à damier... pour rien. Dans le deuxième secteur, la Force India d’Hulkenberg perd soudainement une roue mal fixée, ce qui immobilise le pilote allemand... et provoque un drapeau rouge.

Avec 1’17" restantes, la Q2 est de facto terminée. Massa est le premier éliminé, devant Alonso, Button, Grosjean, Ericsson et Nasr.

Q3 (P1 à P10)

Il reste douze minutes pour déterminer le titulaire de la pole position. Du côté des favoris, Rosberg est le premier à s’élancer, avec un chrono de 1’36"111 à la clé. Sainz s’installe au 2ème rang, avant d’en être délogé par Ricciardo. Mais la sensation s’appelle bien Raikkonen, qui souffle la politesse à Rosberg pour s’installer en pole provisoire.

Ces événements sont suivis avec attention par Vettel, qui est resté dans les stands et qui s’oriente donc vers un tour unique, ce qui est pour le moins risqué...

Il reste un tour à tous les pilotes pour se départager. Rosberg, aidé par le "bouton magique" lui apportant un surplus de puissance sur ce dernier tour qualif, améliore le chrono de Raikkonen de plus d’une demi-seconde ! L’autre sensation s’appelle Ricciardo, qui s’installe au 2ème rang devant les Ferrari.

Et les Ferrari, justement ? Du côté des Rouges, c’est un flop : au terme de tours plutôt brouillons, Vettel ne signe que le 4ème temps et Raikkonen n’améliore pas le sien. C’est la deuxième ligne seulement pour l’équipe de Maranello.

Bottas s’en sort bien avec le 5ème temps, devant Kvyat, Pérez, Sainz et Verstappen. 10ème, Hulkenberg sera probablement pénalisé suite à l’erreur de son équipe ("unsafe release") ayant engendré la perte d’une roue.


1