Formule 1 - Super F1

Accueil > F1 > Schumi gagne en Chine !

Schumi gagne en Chine !

dimanche 1er octobre 2006, par Toby Ratantely

images/mschumacher200610.jpg

Il pleut à Shanghai, comme prévu, au moment du départ ! Tous les pilotes s’élancent logiquement en pneus intermédiaires. Ceci promet une belle course.

Au départ, Alonso et Fisichella s’élancent parfaitement mais le plus incisif est Raikkonen qui avale Button. Il tente de faire de même avec Barrichello mais un travers le renvoie derrière le Brésilien. Il mettra moins d’un tour pour repasser la deuxième Honda. Derrière les deux Toro Rosso sont déjà dans le top 10. Quant à Doornbos il doit rentrer aux stands dès le premier tour, vraisemblablement à cause d’un incident au premier virage.

Le principal intérêt du début de course est la bataille entre Fisichella et Raikkonen. Giancarlo garde Kimi à distance respectable dans les cinq premiers tours après lesquels Alonso a déjà 16"3 d’avance sur Michael Schumacher. Avantage Michelin... pour l’instant.

Au 10ème tour, la piste commence à sécher sensiblement, ce qui change la donne entre les deux manufacturiers. M. Schumacher double Barrichello, Webber se débarasse de Coulthard et Speed, alors que Rosberg, les Toyota et Massa klaxonnent derrière l’Ecossais. 3 tours plus tard, Schumi continue sa remontée et passe Button, tandis que Raikkonen revient rapidement sur un Fisico plutôt lent et lui prend la 2ème place.

Lors de la 15ème boucle, Button effectue son premier ravitaillement et garde des pneus intermédiaires. Il est imité un tour plus tard par son équipier et De La Rosa qui font la bonne affaire puisque l’un et l’autre ressortent devant le Britannique. Jenson se fait même dépasser par Kubica dans la foulée.

Le premier abandon a lieu au 19ème tour et pas des moindres : il s’agit de Raikkonen, sur problème mécanique. Michael Schumacher passe donc en 3ème position et s’arrête aux stands après avoir recollé à Fisico. L’Italien stoppe un tour plus tard et repart devant l’Allemand. Alonso reste isolé en tête.

La piste semble laisser apparaître une trajectoire sèche et les temps tombent rapidement. C’est Kubica qui est le plus rapide en piste (il tourne alors 1"5 plus vite que les leaders !) et tente un coup de poker en montant des pneus slicks au 24ème tour. Résultat : un tête-à-queue, trois sorties de piste et un mécanicien écrasé lors de son retour aux stands un tour plus tard pour remettre les intermédiaires...

Alonso a d’autres soucis puisqu’il est confronté à une grosse perte d’efficacité de ses pneus avant. Il ne faut que 4 tours pour que Fisichella et Schumacher reviennent sur l’Espagnol et à mi-course, les trois leaders sont roue dans roue ! Au 30ème tour, Fisichella passe son équipier ; le duel qui s’annonce entre les deux prétendants au titre ne dure pas puisque Schumacher ne fait qu’une bouchée de son rival deux virages plus tard...

C’est alors un duel Fisichella-Schumacher qui s’annonce pour la victoire, d’autant que les deux pilotes se répondent à coup de meilleurs tours en course. 11 tours après la tentative ratée de Kubica, Button passe en slicks en même temps qu’il ravitaille en carburant. Bien vu puisqu’après un tour de sortie assez difficile, il reprend rapidement le rythme qu’il avait avant son arrêt. Alonso, déjà relégué à près de 10" des leaders, abat sa dernière carte en rentrant lui aussi pour chausser des pneus pour le sec. Mais son équipe commet une erreur au pire moment puisqu’un écrou mal serré le contraint à un arrêt de 19" ! La victoire semble hors de portée...

Les deux leaders, quant à eux, continuent en intermédiaires quelques tours en plus. Le choix du moment de l’arrêt au stand sera crucial ! Schumi stoppe au 40ème tour : le début de son tour de sortie est lent mais ses deuxième et troisième partiels sont très rapides ! Fisico stoppe au tour suivant : il repart devant l’Allemand... et rate son premier virage ! Schumacher n’en demandait pas autant et met deux roues dans l’herbe pour prendre la tête du GP !

Pendant ce temps, Alonso, relégué à 20" de ce duo après son pitstop catastrophique, n’a pas abdiqué et bat trois fois le meilleur tour en course en trois tours (42ème-44ème tour) ! Plus loin, on se bagarre pour le dernier point entre Massa, revenu de nulle part, et Coulthard. Un tentative optimiste du Brésilien se termine par un accrochage entre les deux voitures, qui sera fatal à la Ferrari. Quant à DC, il se retrouve sous la menace de Webber... C’est alors que David demande à son équipe si sa voiture avait subi des dommages et, déconcentré, part en tête-à-queue ! L’Australien est en passe de marquer son premier point depuis Imola...

La fin de course est encore loin pour les pilotes Honda puisqu’ils se retrouvent en lutte serrée pour la 5ème place à 6 tours de l’arrivée. Button, plus rapide que son équipier, fait une petite sortie et se fait doubler par De La Rosa... qu’il repasse à deux tours de l’arrivée. Ca s’annonce chaud car Rubens, Jenson et Pedro reviennent alors sur un Heidfeld, 4ème, sur une BMW Sauber fatiguée...

D’autant que la pluie refait son apparition dans ces derniers tours ! Alonso, qui a poussé sa voiture dans ses derniers retranchements, a logiquement récupéré la 2ème place à Fisichella, mais Schumacher reste inaccessible, même s’il ralentit dans les derniers tours. Dans le doute, Alonso maintient le rythme, mais vient échouer à 3" de l’Allemand sous le drapeau à damier. L’Allemand remporte sa 91ème victoire, certainement l’une des plus belles de sa carrière.

Et derrière ? Heidfeld, Barrichello, Button et De La Rosa, tous en slicks, sont encore en pleine bagarre alors qu’il tombe des cordes dans ce dernier tour ! Le dernier gros freinage se conclut presque logiquement (!) sur un accrochage, les victimes étant l’Allemand et le Brésilien. Button terminera 4ème, devant De La Rosa, Barrichello et Heidfeld, qui a bien failli ne pas repartir... Quant à Webber, il ne conserve qu’un avantage de 0"2 sur Coulthard qui a tout tenté pour arracher le dernier point.

Au championnat, le retournement de situation est complet ! M. Schumacher prend la tête du championnat pour la première fois de la saison. Lui et Alonso sont cependant à égalité de points (116 partout !). Les 2ème et 3ème places de l’Espagnol et de son équipier permettent pourtant à Renault de reprendre la tête du championnat à Ferrari pour un petit point... Autant dire que la tension monte (encore) d’un cran à deux GP de la fin de la saison.


0