Formule 1 - Super F1

Accueil > F1 > Retour sur terre pour Honda

Retour sur terre pour Honda

dimanche 11 mai 2008, par Toby Ratantely

images/33476.jpg

Après le GP d’Espagne où l’équipe Honda avait ouvert le score, Jenson Button et Rubens Barrichello ont livré une prestation sensiblement moins convaincante à Istanbul. Après un bon départ, les deux pilotes ont été incapables d’atteindre le top 10. Button termine 11ème, tandis que Barrichello rétrograde du 12ème rang sur la grille à la 14ème place sous le drapeau à damier.


Jenson Button ne s’en cache pas : passé le premier tour, cette course a été plutôt frustrante. "Bien que j’ai réussi à améliorer légèrement ma position au départ, c’était une course décevante pour nous. Le départ a été propre et mon premier tour plutôt bon, toutefois notre rythme n’était pas aussi bon que nous l’espérions. Durant le premier relais, j’ai eu un problème avec mes pneus avant, à cause d’une surchauffe des freins, ce qui m’a coûté un peu de temps." Un changement de stratégie opportun ne suffira pas à faire remonter l’Anglais. "Nous avons décidé de passer sur une stratégie à un arrêt, qui a plutôt bien marché. Malheureusement la différence de charge d’essence se ressent vraiment ici, donc c’était difficile de maintenir derrière moi les voitures plus rapides qui allaient s’arrêter deux fois. Nous avons besoin d’améliorer davantage la voiture avant de pouvoir se battre à nouveau pour les points", déplore-t-il.


Pour Rubens Barrichello, le 257ème GP ne restera pas dans les annales. Lui aussi sur une stratégie à un arrêt, il a vécu une course quasi-identique à celle de son équipier, un peu plus loin au classement. "Une course frustrante pour nous aujourd’hui. Malheureusement nous n’avions pas le rythme pour nous battre et au final je suis déçu de la performance de la voiture. J’ai souffert de sous-virage et du trafic dans mon premier relais, nous avons donc avancé un peu mon ravitaillement pour essayer de me donner de l’espace. De là, ça a été une course sans rebondissement jusqu’à la fin", raconte Rubens. "Nous avons beaucoup de travail à faire lors de la prochaine séance d’essais pour trouver plus de vitesse."


Ross Brawn lui-même avoue avoir été pris de court par le manque de performance de ses voitures. "Après une qualification étonamment médiocre hier, nous espérions que tout rentrerait dans l’ordre pour la course d’aujourd’hui. Après quelques tours, les deux pilotes ont souffert d’un mauvais équilibre et il était clair que notre rythme n’était pas suffisant pour nous battre pour les points. Nous sommes passés sur stratégie à un arrêt à mi-course. Cela nous aurait donné la possibilité de gagner des places en cas de safety car, qui était notre seule espoir réaliste de points aujourd’hui", avoue-t-il.


Il reste donc du pain sur la planche. "Nous avons une séance d’essais de préparation pour Monaco et Montréal au Paul Ricard, suivi par des tests à Barcelone pour valider notre nouvelle évolution aérodynamique. Certaines pièces de notre voiture pour Monaco devraient être intéressantes visuellement. Monaco est le circuit exigeant le plus d’appui pour l’instant, mais nos calculs montrent que Singapour en demandera encore plus. C’est le contraire à Montréal : ce circuit requiert des vitesses de pointe très élevées", conclut Ross Brawn.


0